14

« Differential Medecine » – Pour une médecine différente

Cette semaine, on reste en France avec The Family, qui organisait la conférence “Differential Medicine”. The Family est une société qui investit dans des start-up, leur offrant espace de travail et formations intensives en échange d’une prise de capital.

 

Cette conférence, orientée technologie et médecine futuriste, rassemblait beaucoup d’entrepreneurs, entourés d’industriels de la pharmacie ou du dispositif médical, d’investisseurs à la recherche des succès de demain, de quelques représentants de patients et… de médecins !

 

Je suis souvent frappée par le peu de médecins présents aux conférences e-santé. Et lorsqu’ils y sont, c’est un sous groupe assez particulier de « jeunes et connectés »… pas vraiment représentatif de notre population 😉 Ils ont pris le pari, souvent avant leur 30aine, de sauter à pieds joints dans cette révolution médicale, tout en gardant à temps plein ou temps partiel leur activité clinique.

 

Ils sont alors créateurs d’applications smartphone, comme le Dr André et Citizen Doc (prise en charge des symptômes du quotidien) ou le Dr Slimani et MedPics (partage de photos médicales), créateur de start-up comme le Dr Labrosse et Qweety (aide au sevrage tabagique « connecté »), expert formateur comme le Dr Atlan chez Invivox (plateforme de formation de chirurgiens auprès d’experts), ou encore conseillers en e-santé comme le Dr Zeitoun, qui encadre les start-up en résidence à The Family.

 

Alors pourquoi les autres médecins n’y sont pas ?!

Un emploi du temps déjà bien chargé

Alors que nous avons trop peu de temps pour nous tenir à jour de la littérature médicale,  caler sur l’agenda des conférences e-santé, ça passe après le ciné (même si ça passerait bien avant les tâches administratives) !

Le prix

Ces conférences sont souvent chères, jusqu’à parfois représenter le salaire d’un externe D2 annuel !! Elles ne sont donc pas facilement accessibles, leur cible préférentielle étant les grosses sociétés avec du budget.

Une information souvent inexistante

Les campagnes de communication sur ces conférences ne nous atteignent que très peu. Difficile alors d’être seulement au courant…

Un sujet qui nous touche encore peu

Malgré le buzz autour des nouvelles technologies, on ne les voit que très peu dans nos consultations. Ces sujets peuvent alors nous paraître éloignés de nos préoccupations, comme si cela ne nous regardait pas.

 

 

 

Et bien c’est bien dommage !

Les entrepreneurs de la santé ont besoin de notre expertise de médecin !

Pour vérifier que la bonne idée en est vraiment une

L’imagination des entrepreneurs est débordante ! Ils ont mille et une idées d’application de telle ou telle technologie dans la santé. Le problème, c’est que ce n’est pas en appliquant à tout prix une technologie qu’on résout un problème. Il faut partir d’un besoin, imaginer une solution, et vérifier que la technologie est une réponse adaptée, ou pas !

Pour accompagner le développement des solutions

Un gâteau fait maison ne ressemble jamais à la photo de la recette. Notre connaissance de la pratique est clé pour orienter et vérifier que la solution répond bien au problème tout au long de son développement, qu’elle est utile et réellement utilisable par nous et nos patients.

Pour mettre à l’épreuve les solutions sur le terrain

Une fois le prototype obtenu, nous sommes 400 000 testeurs ou recruteurs potentiels ! C’est mieux que 4 « geeks » isolés dans un bureau, et cela permet de valider la solution plus rapidement.

Pour prescrire et conseiller ces solutions

Une chose est claire : sans nous, la majorité des patients n’adopteront pas ces solutions. Nous aurons de l’aide, mais c’est à nous de savoir quel type de solution connectée (appli, serious game, objet, etc.) recommander à quel type de patient. Les patients nous feront toujours plus confiance qu’à un « app store » de 165 000+ applications « santé ».

 

Nous vivons une période de buzz, tel un enfant tout fou qui apprend à marcher. C’est en tombant et en essayant sans relâche qu’on y arrive ! Participons tous ensemble à faire de cette santé connectée un véritable allié de la médecine, et non de l’esbroufe commerciale.

 

nb : Dans cet article, le mot médecin peut être remplacé par « patient » maintes fois. C’est le couple patient/médecin qui selon moi sera la clé du succès 🙂

Cécile Monteil

Cécile Monteil

14 Commentaires

  1. Bonjour Cécile ,
    C’est la première fois que je vais sur ton blog , merci pour les articles .
    Tu parles de peu de personne aux conférences sur la santé , mais étant en dans le sud ouest , nous avons pas accès à ce type de conférences et c’est bien dommage .Etant toute seule dans mon cabinet , c’est un super tremplin pour la création d’un réseau au delà de nos frontières habituelles.
    Je pense que nous devons être présent dès le début car nos patients seront plus à la pointe que nous .
    Merci pour le blog

    • Merci! Oui tout à fait d’accord ! Je vous invite à rejoindre le groupe Facebook Eppocrate qui regroupe une belle communauté médicale au sens large et qui partage et s’éveille aux nouvelles techno en médecine. Nous y partageons également les conférences et négocions des tarifs spéciaux pour que justement les médecins puissent justement y avoir accès (car elles sont souvent chères!).

  2. Je suis totalement d’accord avec DR FARLA ! On ne peut pas être en même temps médecin ET entrepreneur, il faut choisir pour être efficace et exercer pleinement ses fonctions. Après, toutes ces conférences qui surfent sur la vague marketing de l’e-santé, c’est beaucoup de BlaBlaBla, du « m’as-tu vu », du show…peu intéressantes et peu productives au final. On y voit toujours les mêmes personnes qui ont beaucoup de bagout et qui tiennent toujours le même discours, à force cela devient lassant ! Et au bout du compte, on en retient quoi ? pas grand chose pour le public lambda mais c’est un bon moyen de réseauter pour les entrepreneurs…

  3. Bonjour Cécile,
    Encore une fois bravo. Je crois que la première pertinence de la médecine 2.0 (que nous semblons tous chercher) passera par l’obtention de données réelles. Au-delà des médicaments prescrits, ce sont des résultats objectifs (quantifiables) mais aussi anecdotiques (colorés de la spécificité de chaque praticien) ainsi que la satisfaction des patients qui doivent être au centre de la représentation de notre pertinence à leur endroit. Et de là, l’ouverture du « dialogue 2.0. » Aux USA, les mesures de satisfaction des patients deviennent de plus en plus essentielles à la justification des honoraire professionnels. Le développement de l’infrastructure souple et fiable, bien différente d’exutoires du style « RateMD.com » . Petite remarque: à 55 ans bien sonnés, je suis heureux de me sentir l’âme médicale « de la jeune trentaine! » 😉

  4. Cécile,

    Vous avez raison, nous les praticiens de terrain, nous sommes la « référence métier » et les objets connectés de santé n’existeront à long terme que prescris par le tiers de confiance que nous représentons pour les patients…

  5. Bonjour Cécile,
    Je dirais même que c’est la relation tripartite « médecin-patient-SI » qui sera la clé du succès de la médecine à venir! Avec des NTIC répondant à la fois aux attentes des patients mais également aux exigences des professionnels de santé, baigné dans un cadre éthique de référence …

  6. Oui Cécile,
    les problèmes doivent être identifiés par les acteurs de terrain, les réponses fournies par la synergie entre ces derniers et les meilleurs start-up, celles qui ont l’ambition d’être au service de notre profession (pas seulement de leurs actionnaires)…

    Autre chose : tu dis « nous sommes 400 000 testeurs ou recruteurs potentiels ! C’est mieux que 4 « geeks » isolés dans un bureau ».
    Certes, mais aurais-tu un conseil pour atteindre tous ces testeurs ?
    Nous avons réalisé un super produit, qui vient du terrain, qui rend service à la fois au médecin et au patient, et qui récoltent des louanges de tous ses utilisateurs. Sauf que nous restons encore trop peu visibles pour la profession… (comparés à des mastodontes de la com’ et du démarchage frontal) 🙁

    • Bonjour Julien! Oui comme tu dis ce n’est pas encore facile ! Sur le groupe https://www.facebook.com/groups/eppocrate/ tu pourras avoir accès à 1300 personnes du monde de la santé s’interessant à la esanté : la plupart sont médecins mais il y a aussi beaucoup d’ingénieurs, développeurs etc. qui pourront peut être avoir de bons conseils pour faire du « growth hacking ». N’hésites pas à venir y faire un tour et poster pour partager ton expérience, poser tes questions etc 🙂 Bon courage!!

  7. Nous sommes absorbés par un temps de travail qui nous laissent peu le temps pour s’ouvrir à ce nouveau monde. C’est aux entrepreneurs d’aller vers nous, les médecins, et il me semble que cet effort n’a aucunement été fait par The Family dans l’organisation de cet événement, ce qui parait peu surprenant quand on connait les sorties vindicatives d’un de ses fondateurs contre notre profession. Il me semble qu’il existe une volonté de leur part à ne pas s’adresser au médecin lamda mais au médecin entrepreneur (pas de diffusion par les canaux classiques de congrès conférences médicales). Et parlons du prix : personnellement je n’ai aucunement les moyens de me payer une telle inscription à 4 chiffres devant la virgule.. Alors oui il y avait bien quelques medecins connectés présents, mais je suis sur que ceux la, comme vous Cécile, ont été invités à cet événement du fait de leur activité entrepreneuriale et n’ont en majorité plus une activité hospitalière ou libérale à plein temps. Et je ne vous blâme aucunement pour ça, je pense à un moment donné il faut malheureusement choisir entre entrepreneuriat et soins pour garder un niveau de compétence élevé dans le domaine choisi.

  8. Les médecins ne sont pas présents aux conférences sur la e-santé car ils sont occupés à exercer leur vocation, celle de soigner des patients et de sauver des vies ! Tout le reste est secondaire… Ceux qui y participent ont en général un intérêt « mercatile », souvent à la tête de start-ups qui doivent se faire voir et vendre pour subsister. Et la vente passe par la communication qui est essentielle dans un monde d’images et de paraître, « et bien c’est bien dommage », n’est-ce pas ?…

    • C’est une perspective.. sauf que ces médecins à la tête de start-ups sont aussi ceux qui définissent une médecine de demain plus efficace et en accord avec les évolutions de notre société. Et ça aussi c’est important 😉 Il n’y a pas de « mieux que l’autre », juste un écosystème de la médecine qui évolue.

      • Pour avoir déjà participé à ce type d’événement, je me retrouve très bien dans ce que décris JB. Cela sert à faire du réseau pour un certain nombre d’investisseur, point. Malheureusement le domaine public est en train de passer le train de la e-santé qui va offrir en effet une médecine plus efficace dans les années à venir. Seuls les entrepreneurs, médecins ou non, se sont engouffrés dans la brèche aujourd’hui, d’ou cette impression que la logique financière guide fortement toutes ces start-up en e-santé. Et cela fait craindre une dérive pour ce domaine d’innovation qui pourrait tellement plus profiter aux patients et aux medecins !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *